Posté le 24/06/2010 à 11:52

Terrasse Project : Deck Lounge

Deck 2 : Lounge
Je suis bien embêté avec ce post...
J'avais toutes les photos de cette partie de la réalisation sur un portable, dont le disque a décidé de rendre l'âme, sans prévenir.
M'étant déjà fait avoir dans le passé, je fais des sauvegardes régulières... Mais je venais tout juste de transférer ces photos là depuis mon appareil, donc pas de sauvegarde! icone smiley sad

Du coup, je ne peux vous proposer qu'une représentation 3D de la technique employée, et des photos du résultat final... Qui sait, je finirais peut-être par m'offrir les services (très chers) d'une société de récupération de données, et je pourrais finalement vous montrer de vraies photos... Appel aux lecteurs de ShamWerks : si vous avez un bon plan, je suis preneur! icone smiley wink

En avant... Voila la situation à ce moment là du travail. Les bacs pour mes bambous au fond, juste devant la séparation en bois (cf. articles précédents : [Pare-vue/séparation en bois] et [Bacs à bambous]).

Les dalles sont posées sur un lit de sable : j'ai commencé par les retirer sur un carré de 3 x 3mètres. Comme elles font 50x50cm (pour 4cm d'épaisseur), cela fait 36 dalles à mettre de coté. Le sable laissé à nu est alors bêché, en y incorporant un peu de ciment : ça le stabilisera, évitant que la pluie ne fasse bouger l'ensemble par la suite. On n'ajoute pas d'eau à ce moment là : l'humidité du sol, au fil des semaines, suffira à faire prendre le ciment.
Le tout est finalement mis de niveau et damé. Pour mettre toute la surface de niveau, j'ai enfoncé dans le sable (parfaitement de niveau, moins 1 centimètres par mètre de pente pour l'évacuation de la pluie), 3 lambourdes, espacées d'un mètre. Ensuite, en tirant une règle de maçon perpendiculairement par dessus, on met tout à niveau simplement et rapidement.
Pour réhausser un tel deck, on utilise généralement des parpaings. Pour recycler les matériaux sur place, j'ai réutilisé 32 des 36 dalles précédemment retirées. 16 dalles sont coupées en deux (meuleuse d'angle et disque diamant segmenté), 16 autres sont laissées intactes. En empilant les dalles, j'obtiens 8 cm de réhausse, auxquels viennent s'ajouter la hauteur des lambourdes : largement assez pour laisser respirer le bois, et tout juste ce qu'il me faut pour que les bordures du deck puissent être faits avec une lame de dimension.

Les lambourdes sont posées entre elles et les dalles, un feutre géotextile est installé, pour éviter les remontées de mauvaises herbes. L'espacement est calculé pour avoir 50cm maximum de portée entre deux lambourdes.

Bien que ça ne soit pas impératif, j'ai choisi de lasurer mes lambourdes avant leur installation, par sécurité. Je ne fais pas totalement confiance au traitement autoclave de ces pièces de pin bon marché... Notez que les lambourdes ne sont pas fixées sur les dalles, elles sont simplement posées dessus : cela pour que l'ensemble puisse travailler avec les variations de température et d'hygrométrie sans tout déplacer.
Les deux doubles lambourdes sont là pour pouvoir faire la jonction en bout de lames : elles ne font que 240cm de long, il fallait donc pouvoir rajouter un morceau de 60cm...
Pas tout à fait d'ailleurs : j'avais calculé mon coup dès l'achat des lames pour en optimiser l'utilisation, car à 17€ pièce, on évite les chutes! Du coup, je coupe 4 morceaux de 59cm dans une lame de 240cm, pour tenir compte de la largeur de la lame de la scie circulaire... La chute finale fait moins de 2cm de large. icone smiley wink

Je commence la pose des lames depuis le coté "libre" du deck, pour pouvoir recouper dans la longueur la dernière lame, et l'ajuster au mieux contre les bacs à bambous...

L'espacement de 5mm entre les lames est gardé constant en utilisant des petits croisillons en plastique généralement utilisés pour la pose du carrelage.
Les lames tordues sont redressées à la sangle à cliquet lors de la pose.

336 vis plus tard, les 42 lames du dessus sont enfin en place... Il ne reste plus qu'à installer quelques spots LED et à passer deux couches de saturateur sur tout ce petit monde!

Et donc, voila le résultat de ce deck - ci-dessous, les rares vraies photos que j'aie pu sauver!
La photo de gauche, de mauvaise qualité, a été prise avec mon téléphone, de nuit, juste après avoir terminé l'installation...
La lame manquante à gauche est la trappe d'accès au transformateur torique 12V étanche en dessous. On voit encore en haut à droite le stock de bois restant pour faire le ponton...

Ouf... Deck lounge : Check! icone smiley wink
Posté dans : Terrasse Project
Affiché 91467 fois.
icon permalink
Posté le 30/06/2010 à 02:08

Terrasse Project : Ponton entre Decks

Ponton entre Decks
Etape suivante, le ponton reliant les deux decks. A l'origine, mes premiers plans prévoyaient une simple marche qui aurait couru le long du premier deck... Mais finalement, l'idée d'un ponton était plus originale, et s'intégrait mieux dans l'ensemble.

Sur la photo de droite, le bois utilisé pour fabriquer la structure. Bon, je dois avouer, j'ai une certaine tendance à sur-dimensionner mes poutres (Kétèb généreux, pour ceux qui connaissent la référence); les principales faisant 11cm de coté (épicéa autoclavé), on doit pouvoir monter à 15 sur le ponton sans qu'il bronche ; c'était mon but, je ne voulait surtout pas d'un truc branlant.

Le dessus du ponton fait 79cm de large. Cela a été imposé par la longueur des lames d'almendrillo que j'utilise, pour optimiser chutes : les lames de faisant 240cm, je pouvais en tirer 3 morceaux de 79cm, avec une chute finale négligeable, d'environ 2cm. Ben oui, faut compter la largeur du trait de scie...
Du coup, les dimensions de la structure ont été calculées en fonction de la largeur du plateau, en tenant compte d'un débord d'un centimètre pour l'esthétique.
Pour faire "propre", j'ai réalisé des assemblage à mi-bois pour la structure. La technique est simple, en utilisant une scie circulaire : on règle précisément la profondeur de coupe en fonction de la partie à supprimer (cf. marquage sur la première photo ci dessous). Ensuite, on fait une série de coupes à quelques millimètres d'intervalle (photo 2) ; les morceaux restant cassent facilement, sont arasés au ciseau à bois, puis finition à la râpe (photo 3). Avec l'habitude, cela se fait rapidement et facilement, et c'est bien plus solide qu'un pauvre assemblage à base de vis et équerres... Et puis c'est plus joli, non? icone smiley wink
Après un premier montage à blanc, la structure est assemblée à la colle PU (Poly-uréthane) : c'est une colle qui résiste a l'humidité et gonfle au séchage, comblant les vides et jeux éventuels dans un assemblage. Quelques vis sont ajoutées, mais sont surtout là pour assurer le serrage pendant le séchage de la colle...
La poutre centrale est une lambourde me restant de la réalisation du grand deck ; elle ne supporte en fait quasiment pas de poids lorsqu'on marche sur le deck, l'écartement des 2 poutres principales étant faible et les lames de bonne épaisseur... Son rôle est juste de permettre un vissage des lames au centre, pour éviter qu'elles ne "tuilent" en vieillissant!
Un montage à blanc des pieds montre que l'ensemble de la structure est un poil trop long, juste de quelques millimètres. Ça passe, mais je veux garder un peu de jeu pour prévoir les éventuelles dilatations du bois, je ne veux pas que cela vienne forcer contre mon deck. Du coup, les pieds sont amincis de 6/7 millimètres, toujours par la même technique : une série de traits à la scie circulaire, ciseau et râpe à bois...

Les pieds sont chevillés/collés en place. J'utilise un kit Wolfcraft pour les chevilles : on perce d'un coté, on place les petites pointes en cuivre (voir photo) dans les trous, on ajuste la pièce en face, un coup de marteau et on a les repères précis pour percer la seconde partie...
Ici, les chevilles n'ont qu'un rôle limité dans la solidité de la liaison : avec une telle surface de contact, la colle PU est indestructible. Par contre, les chevilles permettent d'aligner parfaitement le pied et d'éviter tout glissement pendant le serrage des pièces.
L'ensemble de la structure a bien sûr reçu ses deux couches de lasure, histoire d'être certain que ça ne bougera pas dans le temps (je n'ai pas mis en photo cette étape, ça n'avait pas beaucoup d'intérêt...). Y'a plus qu'à habiller le tout de lames!

Et voila le résultat, pas tout à fait final, il reste encore à passer deux couches d'huile/saturateur pour protéger le tout. Les lames prendront leur teinte définitive après avoir été traitées, et avoir passé quelques semaines au soleil...
Et hop, je vais finir par en voir le bout de ce Terrasse Project! icone smiley wink
Posté dans : Terrasse Project
Affiché 98923 fois.
icon permalink
Posté le 04/11/2010 à 16:18

Terrasse Project : Jardin Japonais Tsuboniwa Karesensui

Tsuboniwa Karesensui
Oui, bon, je sais, "jardin" est un bien grand mot pour un carré de 1,5m de coté... Mais bon, je tenais à avoir un petit bout de Tsuboniwa Karesensui, ce que l'on appelle communément un "jardin sec" ou "jardin zen". icone smiley wink

Coté construction, rien de bien compliqué. Juste quelques morceaux de lambourdes rescapés de la construction de deux decks (loggia et lounge), coupés aux dimensions et assemblés ensemble avec quelques vis à bois... Seul détail imprévu, une encoche pour que le cadre s'ajuste parfaitement contre le pare-vue. Rien qu'une scie sauteuse et un ciseau à bois ne peuvent régler en 5 minutes...
Le cadre obtenu est recouvert de deux couches de lasure. L'objectif est évidemment de protéger le bois, mais aussi de donner au cadre une teinte proche des deux decks et du ponton l'entourant.

Un fois le cadre en place, j'ai agrafé un tissu géotextile pour couvrir le fond. Le but est que le poids des graviers qui viendront par dessus aide à plaquer le cadre au sol. Sans ça, le sol n'étant pas parfaitement plan, j'aurais rapidement eu des graviers se glissant sous le cadre...
A propos des graviers, il est impératif de les rincer abondamment avant de les mettre en place, en frottant les uns contre les autres dans les sacs ils produisent beaucoup de poussière, qui ne demanderait sinon qu'à pourrir la terrasse la première pluie venue...
Et donc, voila le résultat... non définitif. icone smiley wink
Les photos ci-dessus sont à voir comme "work in progress", l'arrangement de l'ensemble étant juste un premier essai...
Il devrait y avoir plus tard une "triade bouddhiste" de granit, une "rivière" en paillettes d'ardoise, et peut-être une "île tortue" couverte de mousse... Le morceau de bois flotté, récupéré sur la plage près de chez moi un lendemain de tempête, n'a rien de traditionnel, mais j'aime bien. icone smiley laugh
A suivre, l'évolution sera pour le printemps prochain!
Posté dans : Terrasse Project
Affiché 98307 fois.
icon permalink
Posté le 07/11/2010 à 14:17

Terrasse Project : Résultat et Conclusions

Résultat et Conclusions
Bon, même s'il me reste quelques bricoles à fignoler, il est temps de jeter un oeil sur le Terrasse Project terminé...
Voila, donc, en photos, le résultat final! (cliquez ici pour voir l'état "avant").
Cela fait maintenant plusieurs mois que la terrasse est terminée, les decks ont déjà passé un hiver et un été complets... J'ai donc un peu de recul sur les choix que j'ai pu faire.

Construction

Ca aura été plus de boulot que ce que j'avais initialement imaginé! icone smiley wink
Si vous vous attaquez à un projet de ce type, et que vous êtes un peu pointilleux comme moi, ne vous attendez pas un un "weekend project".
Rien que pour ce qui est du vissage : au total, près de 1000 vis y sont passées! Dont la grande majorité nécessitait un trou fraisé auparavant, ajusté au millimètre pour que le rendu soit nickel... Tout ça ne demande pas d'énormes compétences, et est à la portée de tout bricoleur un peu outillé ; par contre, cela prend du temps, beaucoup de temps, pour que tout s'aligne correctement.

Du choix lames avec rainures vers le haut

Les lames de terrasse en bois exotique comportent, généralement, deux faces. L'une est soit lisse, soit légèrement structurée pour la rendre antidérapante. L'autre face présente de profondes rainures dans le sens de la longueur, dont le but premier est à ma connaissance de faciliter le séchage du bois à cœur (et ainsi réduire le "time to market", le délai entre le moment où l'arbre est abattu et la commercialisation du produit fini) et d'éviter que la lame ne se fende.
Bien que cela ne soit pas prévu ainsi, j'ai choisi de poser mes lames avec cette face "verso" vers le haut. Un choix purement esthétique, les rainures profondes ayant un aspect plus graphique (...) à mes yeux.
Je craignais deux choses : d'une part, le risque d'échardes, à cause de l'angle droit au bord des rainures... Mais après un an exposé aux intempéries, tout va bien, pas d'écharde en vue, ouf!
Je pensais aussi que les rainures risquaient d'être difficiles à nettoyer (genre aiguilles de pin, etc). Il n'en est rien, ça se nettoie très bien au jet d'eau, du moment que les rainures sont bien alignées d'une lame à l'autre.

Par contre, ce que je n'avais pas vu venir, c'est la difficulté d'application des produits de protection (huile ou saturateur). Pour un rendu impeccable avec ces produits, il faut en essuyer l'excédent avec des chiffons après une courte période d'imprégnation... Et essuyer au fond des rainures, c'est pas une partie de plaisir! icone smiley wink
Je ne regrette pas mon choix pour autant, ce type de traitement ne se faisant qu'une à deux fois par an...

Traitement

J'ai fait le premier traitement à l'huile Starwax : j'étais satisfait du résultat, aspect mat/huilé et bonne résistance à la pluie qui perle à la surface du bois.
Mais un spécialiste m'a dit que pour les terrasses (surfaces horizontales), il valait mieux utiliser un saturateur, et réserver l'huile au mobilier bois... Dont acte, printemps 2010, j'ai tout traité au Saturateur terrasses V33.
Le résultat est bien moins chaleureux qu'à l'huile, aspect brillant, "plastifié". La protection est impeccable, c'est vrai, mais je pense que je reviendrai à l'huile l'année prochaine...

De l'utilisation du bois exotique

C'est un choix que j'ai fait, dont je comprends qu'il est écologiquement discutable ; la mode occidentale pour les bois exotiques accentue les ravages de la déforestation des forets primaires...
Renseignements pris auprès du vendeur, ce bois serait issu de forêts gérées pour une exploitation durable (label FSC, soutenu notamment par Greenpeace et WWF), tous les arbres abattus étant replantés - la GSB où je me suis fourni prêtant une attention particulière à l'origine de ces produits.
J'ai donc tenté de prendre des précautions... Mais je ne suis pas dupe non plus, je sais combien la corruption dans ces pays émergents (BRIC) permet d'obtenir les papiers officiels pour l'exportation de ces essences.
Reste de toutes façons la problématique d'utiliser des produits venant de l'autre bout du monde, dont le transport a une empreinte carbone non négligeable ; mais je ne voyais pas vraiment d'alternative...
J'aurais pu utiliser du "bois composite", mais je doute que sa production se fasse en Europe ; sans parler de l'immonde toucher "plastique" de ces produits.
Sinon, il existe bien des essences de bois européennes, imputrescibles elles aussi ; malheureusement, elles ne sont pas distribuées au grand public, il est très difficile de mettre la main dessus... icone smiley sad
Bref, j'ai fait pour le mieux, en essayant de limiter la casse, mais j'ai bien conscience que ma solution n'est pas parfaite.

Coût

Je n'ai pas gardé toutes les factures (j'aurais dû!), mais j'estime le coût du projet complet aux alentours de 2300€, en matériaux seulement (hors outillage). Le poste le plus important est bien sûr le bois : à 17€ la lame d'almendrillo, ça va vite...

Voici en gros, "à la louche", les postes de dépense les plus importants :
  • 960€ : Lames d'almendrillo
  • 200€ : Lambourdes
  • 150€ : Quincaillerie
  • 240€ : Bacs bambous
  • 230€ : 6 plants de bambous
  • 180€ : 3 panneaux bois pour la séparation pare-vue
  • 240€ : 2 érables
  • 120€ : Matériel jardin japonais

Si vous attaquez ce genre de projet, budgétez "large", on oublie toujours des éléments, et cela peut chiffrer vite (ex: la quincaillerie, géotextile, produits de traitement, etc.)...

De la sécurité sur ce type de chantier

Un mot sur la sécurité : l'emploi de lunettes de sécurité et de gants va sans dire, évidemment. Mais ce genre de chantier où l'on utilise beaucoup la scie circulaire (dans un bois dur de surcroît), produit de grosses quantités de poussière de bois très fine. Poussière que vous n'avez pas du tout envie de respirer!
Pour ma part, j'utilise un masque à cartouches 3M , qui est agréable à porter (pas trop lourd, on fini par l'oublier) et dont la jupe caoutchouc reste bien étanche sur le visage. Oubliez tout de suite les petits masques papier avec 2 élastiques, qui ne protègent de rien du tout... Le plus difficile, finalement, est de trouver une paire de lunettes de sécurité qui soit portable en même temps que le masque!
Pour ceux d'entre-vous qui parlent anglais, il y a une excellente vidéo sur le sujet sur TheWoodWhisperer.com.

Dernier détail : j'utilise des bouchons mousse (jetables) pour protéger mes tympans. Le confort de travail est incomparable : le bruit de la circulaire ne vous pourrissant plus les oreilles, vous pouvez travailler à l'aise, en prenant votre temps. Et vous évitez du même coup le sifflement aigu dans vos oreilles en fin de journée!

Je sais, je suis très "sécurité sécurité", mais gardez à l'esprit que circulaire et défonceuse font partie de cette famille d'outils qui vous allégeront d'un doigt ou deux en moins de deux secondes et sans arrière pensée ; ces machines n'ont pas de cerveau, utilisez le votre. Votre meilleur allié, c'est votre bon sens: ne faites pas n'importe quoi avec ces jouets là, respirez un grand coup avant de mettre une circulaire en route (et ne le faîtes pas si vous êtes fatigué, c'est là que les accidents arrivent), vérifiez où son fil passe, où sont vos doigts, si la pièce à couper est stable et le restera en fin de coupe, etc... On n'a que 10 doigts, 2 yeux, et autant de tympans, hum?

En savoir plus

Quelques liens à étudier avant de se lancer :
  • Autoconstruction.info : ce site propose au téléchargement (payant) différents dossiers. J'ai investi 24€ pour avoir celui traitant des terrasses bois. Très bien documenté, beaucoup d'informations, une vraie mine de renseignements, je n'ai pas regretté mon achat (pub gratuite! icone smiley wink)

  • TheWoodWhisperer.com : (en anglais) site généraliste sur la menuiserie/ébénisterie. Beaucoup de vidéos, très bien faites, sur la construction de meubles, l'outillage, la sécurité... Plein de tours de mains à apprendre. Incontournable.

  • WoodGears.com : (en anglais) autre site généraliste sur la menuiserie, beaucoup de vidéos. Tours de main, machines et mécanismes en bois, nouvel article chaque lundi.


Et beaucoup d'autres, bien sûr. Google est votre ami.

Je vous laisse, j'ai un canapé qui m'attend dehors.
Posté dans : Terrasse Project
Affiché 96690 fois.
icon permalink
Posté le 05/09/2017 à 06:53

Terrasse Project : Les Bacs à Bambous Contre-Attaquent

Les Bacs à Bambous Contre-Attaquent
Ma chère voisine ayant décidé de couper tous les arbres qui faisaient de chez moi un écrin de verdure ("comme ça, ça fait plus propre!"... Ne me lancez pas sur le sujet, je vais encore m'énerver), j'ai du refaire une paire de bacs pour ajouter une haie de bambous à ma terrasse, et récupérer un peu d'intimité (ils sont sympas les voisins de l'immeuble d'en face hein, mais bon).

On ne change pas une équipe qui gagne, les bacs que j'avais faits en 2009 ayant bien vieilli, je garde la méthode de fabrication.
Désolé, moins de photos de détail cette fois ci, la méthode est la même ; et qualité photo moyenne, prises avec mon portable qui est en fin de vie...

Je commence par une sérieuse séance de Skechup pour déterminer les dimensions et le matériel qu'il faut que j'achète... Vous pouvez télécharger le fichier Sketchup ici si vous voulez.
Avec le recul, je n'étais qu'à moitié convaincu par l'OSB que j'avais utilisé pour le fond la première fois (même si 8 ans plus tard ça n'a toujours pas bougé). Cette fois-ci, je pars sur un fond en pin, 12,20€ par planche de 200x60cm en 20mm d'épaisseur, retaillée à 138x51cm (2 planches superposées et maintenues par serre joints pour couper les 2 d'un coup).
bacs bambous fabrication DIY bois plansbacs bambous fabrication DIY bois plansbacs bambous fabrication DIY bois plans
Comme la première fois, j'utilise des planches de bardage (ou lames de séparations bois) en 20mm d'épaisseur sur les flancs. Tout est collé à la colle à bois polyuréthane (PU) avant d'être vissé (vis inox de terrasse).
Bon, par contre, au dernier moment j'ai changé d'avis et j'ai voulu faire des bacs de 5 lames de haut au lieu de 4... Du coup, je suis retourné chez Castorama, mais entre temps ils n'avaient plus ce modèle de disponible, mais un autre plus haut... Du coup j'ai du adapter pour mon second bac, et les deux ne sont pas parfaitement identiques. Mon coté obsessionnel-compulsif devra vivre avec ça! icone smiley laugh
bacs bambous fabrication DIY bois plansbacs bambous fabrication DIY bois plansbacs bambous fabrication DIY bois plans
Quatre couches de lasure "acajou", intérieur+extérieur, pour la protection et finition ; je suis parti sur un produit Syntilor supposé tenir 10 ans, on verra ce que ça donne. Je peaufine l'étanchéité au mastic pour limiter les infiltrations qui pourraient faire pourrir le bois à terme.
bacs bambous fabrication DIY bois plansbacs bambous fabrication DIY bois plans lasurebacs bambous fabrication DIY bois plans lasure
Pas de bâche à l'intérieur cette fois-ci par contre, comme je l'avais fait la première fois : pas convaincu de la tenue dans le temps. A la place, badigeonnage de 2 couches grasses de goudron pour protéger le bois de l'humidité. Je m’arrête quelques cm avant le haut du bac, pour des raisons esthétiques...
Produit pas sympa à passer, sale l'odeur, masque filtrant impératif, ainsi que gants, lunettes et manches longues...
Une fois sec (en fait, ça sèche jamais vraiment à 100%) ça devient inerte, sans odeur, et fournit une couche imperméable entre la terre et le bois.

Les évacuation d'eau au fond sont, comme sur mes deux premiers bacs, des grilles d'aération en plastique, collées au mastic. Mauvaise idée : le mastic réagit avec le goudron, jaunit et fendille... Tant pis, ça ira comme ça. icone smiley smile

Pour rendre le tout un peu plus occultant (surtout en attendant que les bambous poussent), j'installe un brise-vue par dessus mes bacs :
  • A droite, un "poteau" métallique, vissé directement sur le bac, avec un renfort en diagonale pour supporter la tension des fils.
  • A gauche, trois crochets inox, visés dans le dernier poteau de ma séparation en bois.
Enfin, trois cables acier sont tirés entre les deux poteaux, et le brise-vue en tiges de roseau fixé dessus.
bacs bambous fabrication DIYbacs bambous fabrication DIY goudron étanchéitébacs bambous fabrication DIY brise vue
Bon, il est temps de remplir ces bacs hein!

Je mets une tuile en terre cuite par dessus mes grilles pour leur éviter de supporter le poids de la terre.
Ensuite, une couche de 6-7cm de petites pierres pour garder une couche drainante (en fait, les caillasses qu'on a extraites du jardin quand on a fait notre potager... #upcycle), que je finalise avec un reste de sac de pouzzolane qui traînait.
Puis vient une double couche de tissus géotextile, pour que la terre et les racines ne viennent pas boucher trop vite le drainage.
bacs bambous fabrication DIY terrebacs bambous fabrication DIY driner pierresbacs bambous fabrication DIY geotextile
Il ne reste plus qu'à remplir tout ça de terre (compter un peu plus de 5 sacs de 60L de terreau dans chaque bac), planter 6 bambous en pot, et on y est!

J'ai posé quatre spots à LED en 12V pour être raccord avec les bacs précédents... Et hop, il n'y a plus qu'à attendre que ça pousse un peu pour ne plus avoir de vis-à-vis avec les voisins en face... icone smiley wink
bacs bambous fabrication DIY spot LED 12Vbacs bambous fabrication DIY spot LED 12Vbacs bambous fabrication DIY spot LED 12V
bacs bambous fabrication DIY resultatbacs bambous fabrication DIY spot LED 12V
Posté dans : Terrasse Project
Affiché 24146 fois.
icon permalink
© Sham 1996-2017