Posté le 21/09/2005 à 10:51

Restauration chassis et carrosserie...

Restauration chassis/carrosserie...
Le démontage commence... Faire toujours gaffe de repérer les pièces au démontage, pour éviter les surprises par la suite... Prévoyez un petit cahier pour tout noter au fur et à mesure!
ATTENTION au démontage de la fourche: il y a un roulement en bas (23 grosses billes) et un petit en haut (31 petites billes). Mais ces billes sont libres, donc gaffe en ouvrant le tout de pas les envoyer balader!

Intéressant, le train avant est suspendu mais pas amorti (cliquez ici pour voir le schéma). D'ailleurs, si l'arrière est ammorti, c'est car il s'agit d'un modèle Grand Luxe; sinon, que dalle, on rebondi... icone smiley wink

En fait, la suspension arrière est a barre de torsion. Un bras vient sur cette barre, et une rotule relie le bras au moteur. C'est un des deux axes de cette rotule que j'ai retiré...
ET LA ! Surprise! Alors que l'axe saute, plein de petits rouleaux foutent le camp! Regardez la photo (si si, derrière la graisse, la crasse, les aiguilles de pin...) : eh oui, un roulement a aiguilles sans cage! Même gag que pour les deux roulements de la fourche. J'ai réussi a retrouver tous les rouleaux, pas de souci... Mais si vous devez entreprendre cette opération, gaffe! icone smiley smile
En avant, direction le sableur : le tablier avant, la boite a gants, les 3 jantes, le support de roue de secours, frontal avant, les deux prolongateurs de marche pieds, l'amortisseur arrière, la béquille, le boitier de protection du redresseur de courant, la fourche, le garde boue avant, et évidemment, le cadre, partent se refaire une beauté.

En fait, le sableur utilise de la grenaille de tungstène, la rouille ne résiste pas longtemps à ce traitement...

Au retour du sablage, toutes les pièces vont chez le carrossier. Il est important de ne pas trop attendre entre le sablage et la mise en peinture (ou au moins en apprêt), car la tôle, mise a nue, est piquée par la rouille en 2 à 3 jours (selon taux d'humidité).
On voit sur les photos les deux ailes que j'ai achetées. Elles sont beige-orangées car phosphatées (traitement prévenant la formation de la rouille).
Samedi 20 Mai 2000, enfin, récupération de la carrosserie peinte! Jaune référencé chez Glasurit (j'ai la référence 2L 18CTS 1x030 sur le pot, mais je ne suis pas sur que cela corresponde à la teinte...). Superbe...
Détails de la fourche/suspension avant :

A gauche le boitier de suspension, vidé du ressort, de l'axe et du bras de suspension. La graisse a 44 ans, et la grenaille de tungstène du sablage était reste prisonnière dedans... Je me suis donc fabriqué un outil (une corde a piano avec une rondelle soudée au bout) pour pouvoir vider le tube de cette graisse viciée... Un jeu d'enfant avec mon outil! Je dépose un brevet?... icone smiley laugh

Au centre, les plaques en alu qui viennent fermer le boitier. A l'époque elle était souvent le support d'accessoires fantaisistes : logos, blasons, etc... Moi je vais les faire chromer...

A droite, les deux bras de suspension. En fonte d'aluminium apparemment, ils sont passés au polissage!
Posté dans : Lambretta 1956
Affiché 65034 fois.
icon permalink
© Sham 1996-2017