Posté le 17/11/2009 à 19:38

Terrasse Project : Jardin Japonais Tsuboniwa Chaniwa

Tsuboniwa Chaniwa
Seconde étape du Terrasse Project, l'aménagement d'un petit jardin japonais...

N'ayant que quelques mètres carrés, le choix d'un tsuboniwa ("jardin-cours") s'imposait de lui même. Il s'agit de tout petits jardins, intégrés dans des espaces clos à l'intérieur des habitations et des temples, reprenant les éléments constitutifs de leurs grands frères : le chaniwa ("jardin de thé") et le karesensui ("jardin sec", communément appelé "jardin Zen" en occident).
Celui-ci sera donc une version réduite d'un "jardin de thé". Ces jardins mènent à la maison de thé ou se pratique la cérémonie du... thé, vous l'aviez deviné. icone smiley wink

En avant! La première étape, découper les dalles de béton en faisant un joli arrondi. Ça se fait assez bien en fait, plus facilement que je ne le pensais, avec une meuleuse et un disque diamant segmenté. Il faut juste y aller en douceur, en reportant le tracé des deux cotés de la dalle, pour couper jusqu'à mi-profondeur de chaque coté (ne tentez pas de couper toute l'épaisseur depuis une des faces, vous bloqueriez le disque).
Je place alors les deux arbres qui vont structurer l'ensemble.

Le chaniwa me permet d'intégrer des érables du japon, un arbre que j'aime beaucoup, dont les feuilles virent au rouge éclatant à l'automne.
Le grand est un Acer Palmatum Matsumurae et le petit un Acer Palmatum Dissectum (reconnaissable à ses feuilles découpées). Les érables n'étant pas fans de la terre argileuse qui constitue mon jardin, je leur ai apporté un mélange de terre de bruyère, terreau et sable, qui semble leur convenir.

Merci au passage à "Krapo Bleu", ma Golf II de '88, à qui j'aurais vraiment fait transporter tout et n'importe quoi... icone smiley wink
Ensuite, mise en place de la cuve pour la fontaine en circuit fermé. C'est un tsukubai ; traditionnellement, la vasque en pierre (chozubachi) permet de faire ses ablutions avant d'arriver à la maison de thé. Et comme elle est basse, elle oblige chacun, quel que soit son rang social, à mettre un genou à terre, poussant à l'humilité. Enfin, moi, je voulais surtout profiter du bruit de l'eau! icone smiley laugh
Je ne voulais pas, par contre, du shishi-odoshi rendu célèbre par le film Kill Bill (souvenez vous, le combat entre Lucy Liù et Uma Thurman dans un jardin japonais : c'était la fontaine en bambou qui faisait "toc" à intervalles réguliers) : trop bruyant, je veux juste un murmure d'eau, pas donner à mes voisins une raison de porter plainte contre moi... A l'origine, le bruit devait faire fuir les cerfs, mais bon, dans mon quartier, il sont plutôt rares ces temps-ci. icone smiley wink
Pour la cuve, j'ai utilisé une caisse de rangement en plastique. En plus, ses poignées font office de "trop plein" : en cas de pluie, ça ne déborde pas, l'eau s'écoule par là. La cuve est entourée de cailloux, graviers et sable, pour que ce soit bien drainant et permettre à l'eau de s'évacuer... Attention par contre aux cailloux trop pointus, je me suis fait avoir et j'ai cassé le fond de 2 caisses avant d'arriver à la mettre en place!
Une petite pompe d'aquarium remonte l'eau dans le bec verseur en bambou, elle s'écoule dans la vasque, déborde et retombe dans la cuve en dessous... La boucle est bouclée.

Vient alors le tour des autres plantes.

Au sol, de l'hélexine (plante rampante originaire de Corse, avec de toutes petites feuilles, on dirait de la mousse), de l'Adiantum Fragrans autour du tsukubai, et une fougère derrière les trois pierres.

Ces trois pierres sont un autre élément traditionnel du jardin japonais, appelé sanzoniwagumi, "pierres en triade Bouddhiste", la plus grande représentant Bouddha.

Le sol resté nu est d'abord recouvert d'un feutre geotextile pour empêcher toute remontée de mauvaise herbe.

Par dessus, j'ai une couche de galets en marbre de Carrare : un poil trop blanc/clinquant au départ, mais cela tend à se patiner avec le temps.

Au pied des érables, et de la vasque, des paillettes d'ardoise, noires, amènent un peu de contraste.
Voila le résultat en Août, soit deux mois après la mise en place : toutes les plantes ont l'air de se plaire, les Adiantum Fragrans ont explosé, l'héléxine rampe et recouvre tout (je vais devoir la surveiller d'ailleurs), la vasque en granite s'est légèrement patinée.
La lanterne est en céramique, issue d'une jardinerie, ce n'est pas ce qu'on trouve de plus joli, mais en attendant de trouver mieux (pas évident en petites dimensions)...
Idem pour la vasque, je voulais quelque chose de plus naturel (évoquant la fontaine de Noguchi au Metropolitan de NYC), celle-ci assurera l'interim en attendant que je trouve la vasque parfaite.
Bien que je sois très satisfait du résultat, en fait de jardin "japonais", "japonisant" serait certainement plus juste : bien que j'ai tenté, tant bien que mal, de respecter les codes d'un jardin japonais traditionnel (en les adaptant à l'espace que j'avais et aux plantes disponibles par ici), je suis encore bien loin du feeling des grands maîtres de cet art!
Mais je ne compte pas en rester là, un buis taillé en "nuages" viendra plus tard derrière l'angle du bâtiment, l'ensemble sera harmonisé, et le reste du jardin sera aménagé... A suivre, donc.

J'ai pas mal lu sur le sujet avant de me lancer, j'ai étudié les différentes options possibles... Si le sujet vous intéresse, d'ailleurs, quelques conseils de visites :
  • Fuji-Jardins, réalisé par un passionné, il est complet, détaillé, agréable à lire, et, ce qui ne gâche rien, graphiquement superbe.
  • le jardin d'Erik Borja compte parmi les références en la matière, et son site est magnifique.
  • Fullhouse-Niwa, un blog qui suit la création d'un jardin japonais, depuis le "carré de terre sans âme" du départ jusqu'à un petit bout de Japon.
Et voila... Je vous laisse, je retourne méditer sur ma terrasse. icone smiley wink
Posté dans : Terrasse Project
Affiché 227695 fois.
icon permalink
© Sham 1996-2017