Posté le 30/03/2011 à 13:28

Tour à métaux Crouzet-Valence VM125

Pour démarrer le dossier "atelier", voila quelques photos du petit dernier... icone smiley laugh

Je cherchais depuis longtemps un tour à métaux, mais d'une part ce sont des machines très recherchées (les prix s'envolent), et d'autre part si l'offre est généreuse dans le nord du pays (passé industriel oblige), c'est loin d'être le cas ici, dans le Sud-Est. Et comme on parle de machines qui pèsent lourd, la distance est un paramètre important.

Après des mois de surveillance des petites annonces, je finis par trouver mon bonheur sur eBay : un tour Crouzet-Valence VM125, du milieu des années 50!

Et vous voulez savoir le meilleur? Le vendeur se trouvait à 10 minutes de chez moi, et il me l'a gentiment livré (merci encore Fabien) avec sa remorque tractée par sa Jeep 1944 (!)... Le tout pour 200€! icone smiley laugh
Hauteur de pointe 125mm (donc diamètre sur banc 250mm) : ça limite un peu son spectre d'utilisation, adieu tambours et volants moteurs. Entre pointes 400mm, pas assez pour un arbre d'hélice, mais largement suffisant pour mes besoins. Possibilité de fileter et charioter grâce à un entrainement par vis-mère (d'où le nom "VM") et une boite Norton ; avec même un système d'arrêt automatique, bien pratique pour les filetages qui doivent s’arrêter net. À voir à l'usage.
Un beau bébé qui approche quand même les 400kg sur la balance (merci les potes pour décharger), mais avec un encombrement limité à 120x50cm au sol : le petit tour dont je rêvais depuis des années!
Aaaaaaaaah, si je l'avais eu pour fabriquer mon sous marin...icone smiley wink
Donc voilà la bête. Beaucoup de nettoyage à prévoir, pour le moment que des bonnes surprises sous les couches de graisse, il est en globalement très bon état (les rails du banc ont souffert de la corrosion, mais rien d'irrémédiable).
Je n'ai pas encore tenté de le faire tourner, il me faut un variateur 380V pour ça... A suivre bientôt!
Posté dans : Atelier
Affiché 105261 fois.
icon permalink
Posté le 26/03/2011 à 02:05

Atelier : Bienvenue au Garage!

Récemment, je lançais un appel à l'aide pour trouver un atelier où bosser tranquillement...
J'ai eu des retours (merci à vous tous, vous vous reconnaitrez!), mais rien de probant : au choix, trop petit et trop cher, ou alors carrément trop loin...
Donc, on revoit les objectifs à la baisse, on "se la met sur l'oreille", on fait avec ce qu'on a, en attendant probablement un jour prochain de quitter la région pour aller là où on n'a pas besoin de vendre ses organes pour un mètre-carré de garage (j'ai beau être chauvin et adorer ma région, quand même, c'est devenu n'importe quoi de ce point de vue là).
En plus, voir le Fabbe restaurer son ovale dans un micro-box (grand respect, Boss!), ça m'a aussi fait remettre les choses en perspective...

Conclusion, j'ai décidé de remettre en état le garage dans lequel je bricole depuis 15 ans... Au programme, gros rafraichissement, optimisation, nettoyage par le vide, nouveaux outils, réquisition d'un partie du box de mon père (juste à coté) pour stocker des pièces... Et puis je vous montrerai aussi ce que je me suis organisé l'hiver dernier, pour travailler au chaud chez moi. Bref, pas l'idéal, mais ça redonne un peu de motivation, je n'avais vraiment plus le cœur à mettre les mains dans la graisse dans ces conditions. icone smiley wink

Voila, une nouvelle section "Atelier" débute sur ShamWerks, autour de l'aménagement d'un local : Bienvenue au Garage!
Posté dans : Atelier
Affiché 89525 fois.
icon permalink
Posté le 07/11/2010 à 14:17

Terrasse Project : Résultat et Conclusions

Résultat et Conclusions
Bon, même s'il me reste quelques bricoles à fignoler, il est temps de jeter un oeil sur le Terrasse Project terminé...
Voila, donc, en photos, le résultat final! (cliquez ici pour voir l'état "avant").
Cela fait maintenant plusieurs mois que la terrasse est terminée, les decks ont déjà passé un hiver et un été complets... J'ai donc un peu de recul sur les choix que j'ai pu faire.

Construction

Ca aura été plus de boulot que ce que j'avais initialement imaginé! icone smiley wink
Si vous vous attaquez à un projet de ce type, et que vous êtes un peu pointilleux comme moi, ne vous attendez pas un un "weekend project".
Rien que pour ce qui est du vissage : au total, près de 1000 vis y sont passées! Dont la grande majorité nécessitait un trou fraisé auparavant, ajusté au millimètre pour que le rendu soit nickel... Tout ça ne demande pas d'énormes compétences, et est à la portée de tout bricoleur un peu outillé ; par contre, cela prend du temps, beaucoup de temps, pour que tout s'aligne correctement.

Du choix lames avec rainures vers le haut

Les lames de terrasse en bois exotique comportent, généralement, deux faces. L'une est soit lisse, soit légèrement structurée pour la rendre antidérapante. L'autre face présente de profondes rainures dans le sens de la longueur, dont le but premier est à ma connaissance de faciliter le séchage du bois à cœur (et ainsi réduire le "time to market", le délai entre le moment où l'arbre est abattu et la commercialisation du produit fini) et d'éviter que la lame ne se fende.
Bien que cela ne soit pas prévu ainsi, j'ai choisi de poser mes lames avec cette face "verso" vers le haut. Un choix purement esthétique, les rainures profondes ayant un aspect plus graphique (...) à mes yeux.
Je craignais deux choses : d'une part, le risque d'échardes, à cause de l'angle droit au bord des rainures... Mais après un an exposé aux intempéries, tout va bien, pas d'écharde en vue, ouf!
Je pensais aussi que les rainures risquaient d'être difficiles à nettoyer (genre aiguilles de pin, etc). Il n'en est rien, ça se nettoie très bien au jet d'eau, du moment que les rainures sont bien alignées d'une lame à l'autre.

Par contre, ce que je n'avais pas vu venir, c'est la difficulté d'application des produits de protection (huile ou saturateur). Pour un rendu impeccable avec ces produits, il faut en essuyer l'excédent avec des chiffons après une courte période d'imprégnation... Et essuyer au fond des rainures, c'est pas une partie de plaisir! icone smiley wink
Je ne regrette pas mon choix pour autant, ce type de traitement ne se faisant qu'une à deux fois par an...

Traitement

J'ai fait le premier traitement à l'huile Starwax : j'étais satisfait du résultat, aspect mat/huilé et bonne résistance à la pluie qui perle à la surface du bois.
Mais un spécialiste m'a dit que pour les terrasses (surfaces horizontales), il valait mieux utiliser un saturateur, et réserver l'huile au mobilier bois... Dont acte, printemps 2010, j'ai tout traité au Saturateur terrasses V33.
Le résultat est bien moins chaleureux qu'à l'huile, aspect brillant, "plastifié". La protection est impeccable, c'est vrai, mais je pense que je reviendrai à l'huile l'année prochaine...

De l'utilisation du bois exotique

C'est un choix que j'ai fait, dont je comprends qu'il est écologiquement discutable ; la mode occidentale pour les bois exotiques accentue les ravages de la déforestation des forets primaires...
Renseignements pris auprès du vendeur, ce bois serait issu de forêts gérées pour une exploitation durable (label FSC, soutenu notamment par Greenpeace et WWF), tous les arbres abattus étant replantés - la GSB où je me suis fourni prêtant une attention particulière à l'origine de ces produits.
J'ai donc tenté de prendre des précautions... Mais je ne suis pas dupe non plus, je sais combien la corruption dans ces pays émergents (BRIC) permet d'obtenir les papiers officiels pour l'exportation de ces essences.
Reste de toutes façons la problématique d'utiliser des produits venant de l'autre bout du monde, dont le transport a une empreinte carbone non négligeable ; mais je ne voyais pas vraiment d'alternative...
J'aurais pu utiliser du "bois composite", mais je doute que sa production se fasse en Europe ; sans parler de l'immonde toucher "plastique" de ces produits.
Sinon, il existe bien des essences de bois européennes, imputrescibles elles aussi ; malheureusement, elles ne sont pas distribuées au grand public, il est très difficile de mettre la main dessus... icone smiley sad
Bref, j'ai fait pour le mieux, en essayant de limiter la casse, mais j'ai bien conscience que ma solution n'est pas parfaite.

Coût

Je n'ai pas gardé toutes les factures (j'aurais dû!), mais j'estime le coût du projet complet aux alentours de 2300€, en matériaux seulement (hors outillage). Le poste le plus important est bien sûr le bois : à 17€ la lame d'almendrillo, ça va vite...

Voici en gros, "à la louche", les postes de dépense les plus importants :
  • 960€ : Lames d'almendrillo
  • 200€ : Lambourdes
  • 150€ : Quincaillerie
  • 240€ : Bacs bambous
  • 230€ : 6 plants de bambous
  • 180€ : 3 panneaux bois pour la séparation pare-vue
  • 240€ : 2 érables
  • 120€ : Matériel jardin japonais

Si vous attaquez ce genre de projet, budgétez "large", on oublie toujours des éléments, et cela peut chiffrer vite (ex: la quincaillerie, géotextile, produits de traitement, etc.)...

De la sécurité sur ce type de chantier

Un mot sur la sécurité : l'emploi de lunettes de sécurité et de gants va sans dire, évidemment. Mais ce genre de chantier où l'on utilise beaucoup la scie circulaire (dans un bois dur de surcroît), produit de grosses quantités de poussière de bois très fine. Poussière que vous n'avez pas du tout envie de respirer!
Pour ma part, j'utilise un masque à cartouches 3M , qui est agréable à porter (pas trop lourd, on fini par l'oublier) et dont la jupe caoutchouc reste bien étanche sur le visage. Oubliez tout de suite les petits masques papier avec 2 élastiques, qui ne protègent de rien du tout... Le plus difficile, finalement, est de trouver une paire de lunettes de sécurité qui soit portable en même temps que le masque!
Pour ceux d'entre-vous qui parlent anglais, il y a une excellente vidéo sur le sujet sur TheWoodWhisperer.com.

Dernier détail : j'utilise des bouchons mousse (jetables) pour protéger mes tympans. Le confort de travail est incomparable : le bruit de la circulaire ne vous pourrissant plus les oreilles, vous pouvez travailler à l'aise, en prenant votre temps. Et vous évitez du même coup le sifflement aigu dans vos oreilles en fin de journée!

Je sais, je suis très "sécurité sécurité", mais gardez à l'esprit que circulaire et défonceuse font partie de cette famille d'outils qui vous allégeront d'un doigt ou deux en moins de deux secondes et sans arrière pensée ; ces machines n'ont pas de cerveau, utilisez le votre. Votre meilleur allié, c'est votre bon sens: ne faites pas n'importe quoi avec ces jouets là, respirez un grand coup avant de mettre une circulaire en route (et ne le faîtes pas si vous êtes fatigué, c'est là que les accidents arrivent), vérifiez où son fil passe, où sont vos doigts, si la pièce à couper est stable et le restera en fin de coupe, etc... On n'a que 10 doigts, 2 yeux, et autant de tympans, hum?

En savoir plus

Quelques liens à étudier avant de se lancer :
  • Autoconstruction.info : ce site propose au téléchargement (payant) différents dossiers. J'ai investi 24€ pour avoir celui traitant des terrasses bois. Très bien documenté, beaucoup d'informations, une vraie mine de renseignements, je n'ai pas regretté mon achat (pub gratuite! icone smiley wink)

  • TheWoodWhisperer.com : (en anglais) site généraliste sur la menuiserie/ébénisterie. Beaucoup de vidéos, très bien faites, sur la construction de meubles, l'outillage, la sécurité... Plein de tours de mains à apprendre. Incontournable.

  • WoodGears.com : (en anglais) autre site généraliste sur la menuiserie, beaucoup de vidéos. Tours de main, machines et mécanismes en bois, nouvel article chaque lundi.


Et beaucoup d'autres, bien sûr. Google est votre ami.

Je vous laisse, j'ai un canapé qui m'attend dehors.
Posté dans : Terrasse Project
Affiché 96081 fois.
icon permalink
Posté le 04/11/2010 à 16:18

Terrasse Project : Jardin Japonais Tsuboniwa Karesensui

Tsuboniwa Karesensui
Oui, bon, je sais, "jardin" est un bien grand mot pour un carré de 1,5m de coté... Mais bon, je tenais à avoir un petit bout de Tsuboniwa Karesensui, ce que l'on appelle communément un "jardin sec" ou "jardin zen". icone smiley wink

Coté construction, rien de bien compliqué. Juste quelques morceaux de lambourdes rescapés de la construction de deux decks (loggia et lounge), coupés aux dimensions et assemblés ensemble avec quelques vis à bois... Seul détail imprévu, une encoche pour que le cadre s'ajuste parfaitement contre le pare-vue. Rien qu'une scie sauteuse et un ciseau à bois ne peuvent régler en 5 minutes...
Le cadre obtenu est recouvert de deux couches de lasure. L'objectif est évidemment de protéger le bois, mais aussi de donner au cadre une teinte proche des deux decks et du ponton l'entourant.

Un fois le cadre en place, j'ai agrafé un tissu géotextile pour couvrir le fond. Le but est que le poids des graviers qui viendront par dessus aide à plaquer le cadre au sol. Sans ça, le sol n'étant pas parfaitement plan, j'aurais rapidement eu des graviers se glissant sous le cadre...
A propos des graviers, il est impératif de les rincer abondamment avant de les mettre en place, en frottant les uns contre les autres dans les sacs ils produisent beaucoup de poussière, qui ne demanderait sinon qu'à pourrir la terrasse la première pluie venue...
Et donc, voila le résultat... non définitif. icone smiley wink
Les photos ci-dessus sont à voir comme "work in progress", l'arrangement de l'ensemble étant juste un premier essai...
Il devrait y avoir plus tard une "triade bouddhiste" de granit, une "rivière" en paillettes d'ardoise, et peut-être une "île tortue" couverte de mousse... Le morceau de bois flotté, récupéré sur la plage près de chez moi un lendemain de tempête, n'a rien de traditionnel, mais j'aime bien. icone smiley laugh
A suivre, l'évolution sera pour le printemps prochain!
Posté dans : Terrasse Project
Affiché 97502 fois.
icon permalink
Posté le 30/06/2010 à 02:08

Terrasse Project : Ponton entre Decks

Ponton entre Decks
Etape suivante, le ponton reliant les deux decks. A l'origine, mes premiers plans prévoyaient une simple marche qui aurait couru le long du premier deck... Mais finalement, l'idée d'un ponton était plus originale, et s'intégrait mieux dans l'ensemble.

Sur la photo de droite, le bois utilisé pour fabriquer la structure. Bon, je dois avouer, j'ai une certaine tendance à sur-dimensionner mes poutres (Kétèb généreux, pour ceux qui connaissent la référence); les principales faisant 11cm de coté (épicéa autoclavé), on doit pouvoir monter à 15 sur le ponton sans qu'il bronche ; c'était mon but, je ne voulait surtout pas d'un truc branlant.

Le dessus du ponton fait 79cm de large. Cela a été imposé par la longueur des lames d'almendrillo que j'utilise, pour optimiser chutes : les lames de faisant 240cm, je pouvais en tirer 3 morceaux de 79cm, avec une chute finale négligeable, d'environ 2cm. Ben oui, faut compter la largeur du trait de scie...
Du coup, les dimensions de la structure ont été calculées en fonction de la largeur du plateau, en tenant compte d'un débord d'un centimètre pour l'esthétique.
Pour faire "propre", j'ai réalisé des assemblage à mi-bois pour la structure. La technique est simple, en utilisant une scie circulaire : on règle précisément la profondeur de coupe en fonction de la partie à supprimer (cf. marquage sur la première photo ci dessous). Ensuite, on fait une série de coupes à quelques millimètres d'intervalle (photo 2) ; les morceaux restant cassent facilement, sont arasés au ciseau à bois, puis finition à la râpe (photo 3). Avec l'habitude, cela se fait rapidement et facilement, et c'est bien plus solide qu'un pauvre assemblage à base de vis et équerres... Et puis c'est plus joli, non? icone smiley wink
Après un premier montage à blanc, la structure est assemblée à la colle PU (Poly-uréthane) : c'est une colle qui résiste a l'humidité et gonfle au séchage, comblant les vides et jeux éventuels dans un assemblage. Quelques vis sont ajoutées, mais sont surtout là pour assurer le serrage pendant le séchage de la colle...
La poutre centrale est une lambourde me restant de la réalisation du grand deck ; elle ne supporte en fait quasiment pas de poids lorsqu'on marche sur le deck, l'écartement des 2 poutres principales étant faible et les lames de bonne épaisseur... Son rôle est juste de permettre un vissage des lames au centre, pour éviter qu'elles ne "tuilent" en vieillissant!
Un montage à blanc des pieds montre que l'ensemble de la structure est un poil trop long, juste de quelques millimètres. Ça passe, mais je veux garder un peu de jeu pour prévoir les éventuelles dilatations du bois, je ne veux pas que cela vienne forcer contre mon deck. Du coup, les pieds sont amincis de 6/7 millimètres, toujours par la même technique : une série de traits à la scie circulaire, ciseau et râpe à bois...

Les pieds sont chevillés/collés en place. J'utilise un kit Wolfcraft pour les chevilles : on perce d'un coté, on place les petites pointes en cuivre (voir photo) dans les trous, on ajuste la pièce en face, un coup de marteau et on a les repères précis pour percer la seconde partie...
Ici, les chevilles n'ont qu'un rôle limité dans la solidité de la liaison : avec une telle surface de contact, la colle PU est indestructible. Par contre, les chevilles permettent d'aligner parfaitement le pied et d'éviter tout glissement pendant le serrage des pièces.
L'ensemble de la structure a bien sûr reçu ses deux couches de lasure, histoire d'être certain que ça ne bougera pas dans le temps (je n'ai pas mis en photo cette étape, ça n'avait pas beaucoup d'intérêt...). Y'a plus qu'à habiller le tout de lames!

Et voila le résultat, pas tout à fait final, il reste encore à passer deux couches d'huile/saturateur pour protéger le tout. Les lames prendront leur teinte définitive après avoir été traitées, et avoir passé quelques semaines au soleil...
Et hop, je vais finir par en voir le bout de ce Terrasse Project! icone smiley wink
Posté dans : Terrasse Project
Affiché 98240 fois.
icon permalink
© Sham 1996-2017