Posté le 29/11/2011 à 00:56

Atelier : Cabine de sablage

Une cabine de sablage/microbillage... Voilà un outil que je voulais depuis longtemps! icone smiley wink
Les modèles du marchés étant trop chers à mon gout, et de plus jamais aux bonnes dimensions (soit trop petit, soit trop grand), je me suis fabriqué une cabine sur mesure, aux dimensions idéales pour mon usage.

Les plans


Comme d'habitude, je commence par des plans sous SketchUp (si vous êtes un habitué de ShamWerks, ça ne devrait pas être une surprise!)...

Pour un fonctionnement correct, il faut que le bac de récupération en forme d'entonnoir en bas ait une pente suffisante pour que le sable glisse au fond. Ça m'oblige à avoir un design assez "haut sur patte", ce qui rajoute de la hauteur à l'ensemble, qui est déjà bien haut étant posé sur mon établi (à 95cm du sol)... Du coup, si je veux que la cabine soit sur mon établi, et qu'en même temps l'inclinaison de l'entonnoir soit suffisante, je n'ai pas le choix, il faudra que je sois moi-même debout sur un support (une jante?) pour pouvoir avoir une position de travail acceptable.

Coté taille, j'ai dimensionné la cabine pour pouvoir y loger confortablement une jante en 15" maximum. J'ai bien une idée pour ajouter un module d'extension souple pour d'éventuelles grandes pièces plus tard, mais ça attendra... icone smiley wink
Mon plan SketchUp est à télécharger ici.

Construction

La cabine est fabriquée en aggloméré mélaminé blanc de 15mm d'épaisseur. C'est un choix économique avant tout, je déteste travailler ce matériau : en tout et pour tout 37€ de planches. Et le blanc apporte une luminosité supplémentaire qui est la bienvenue à l'utilisation. Les planches sont collées/visées sur une structure en tasseaux de 27x27mm.

La seule difficulté, c'est l'"entonnoir" en bas, dans lequel le media est recueilli : pour que l'assemblage soit précis, il faut réaliser des découpes d'angles précises à la scie circulaire... Pour me faciliter la tâche, j'ai imprimé les angles sous SketchUp (en virant l'effet perspective pour avoir une projection parallèle) en format A4 (voir photo) : il n'y a plus qu'à poser la circulaire dessus, et à l'oeil aligner la lame sur l'angle imprimé. J'étais moi-même surpris de la précision de la méthode, mon assemblage n'était pas parfait, mais pas loin! Par contre, l'un des angles était trop grand pour ma circulaire : j'ai du coller temporairement une lamelle de bois sous la semelle de la scie pour atteindre les 55.7° (la scie n'allant pas au delà de 45°). Un peu limite comme méthode, mais ça l'a fait.
Pour l'éclairage, 2 spots hublots (premier prix, 4.95€ chez Casto) avec ampoules 60W.
Le pistolet de sablage vient d'eBay, un modèle à 18.90€ utilisant des buses céramiques standards ; les gants aussi viennent d'eBay, 19.95€. J'aurais pu les fabriquer avec une chambre à air et des gants collés, mais je trouvais le tarif correct.
La vitre est en plexiglas de récupération qui trainait dans le garage : il faut impérativement lui ajouter une feuille de protection transparente remplaçable à l'intérieur, car la vitre s'opacifie rapidement avec les projections.

Au bout du bac de récupération, un bouchon à visser en PVC (collé à l'epoxy) permet de changer le média.
Sur le coté droit de la cabine , un coude PVC en 32mm de diamètre sert à raccorder l'aspirateur. Une paire de crochets vissés dans le flanc de la cabine et un élastique servent à maintenant le tube de l'aspirateur en place ; un élastique supplémentaire, enroulé au bout du tube, assure l'étanchéité au niveau du coude PVC. A l'opposé, coté gauche, sur la porte, un autre bouchon à visser en PVC est installé pour l'admission d'air. Cela crée un courant d'air en diagonale, de gauche à droite, qui garde l'intérieur de la cabine clair, sinon on n'y voit rapidement plus rien du tout. icone smiley wink

Étanchéité

C'est bien beau de faire une grosse boite, mais encore faut-il qu'elle soit étanche. Pour ça, tous les assemblages jointoyés au mastic silicone (le blanc des salles de bain!) pour l'étanchéité. Tips du jour : un morceau de lame de scie à métaux est parfait pour lisser les joints. icone smiley wink
La porte sur 2 charnières de volet (pentures anglaises LeroyMerlin 1.95€). L'étanchéité est assurée par un double joint caoutchouc autocollant pour fenêtres ; les charnières sont posées en tenant compte de la sur-épaisseur de ce joint...

La fermeture de la porte se fait par 3 tiges filetées avec poignées à visser (poignées en bakélite "récupérées" il y a bientôt 20 ans... sur les fenêtres de mon Lycée. Je savais bien qu'elles me serviraient un jour.). J'y suis peut-être allé un peu fort là, 2 auraient sûrement suffit, mais bon. On serre, ça écrase le joint tout autour de la porte, c'est parfait. Je voulais mettre au départ des "loquets" en métal, mais pas assez solide, pas de réglage possible... J'ai préféré ma solution "maison". icone smiley wink

Rangement

Bon, elle est bien belle cette cabine, mais mon garage est petit et c'est vite encombrant...
Sauf que j'avais prévu le coup depuis le début, et calculé les dimensions en fonction : elle est prévue pour se ranger au dessus de l'établi!
Enfin, avec une paire de poulies quand même, le bestiau accuse les 20 kilos en ordre de marche!

Premiers tests

Je n'ai pas réussi à mettre la main sur un morceau de caillebotis métalique pour me faire une grille à l’intérieur de la cabine, donc dans un premier temps les essais se feront avec une simple planche de contre-plaqué comme support pour mes pièces. Ca marche aussi!
Premiers tests effectués en utilisant de la microbille de verre (200-300 microns, source Matthys) à 4.5 bars, sur de l'aluminium (pipe d'admission/échappement de l'Albatross). J'ai fait ça un peu à la va vite, en 10 minutes, sans dégraisser la pièce avant, du coup le média s'encrasse et certaines zones ne reviennent pas bien (substance grasse/caoutchouteuse qui s'étale au lieu de s'en aller)...
Mais pour un premier essai, je suis content du résultat! L'alu ressort mat/satiné, comme neuf!

Conclusions

L'étanchéité de la cabine est parfaite, à part quelques rares microbilles qui passent dans les gants (au niveau du "repli" que j'ai fait pour les fixer sur leurs anneaux), rien ne sort. Woohoo! Il faut par contre penser à filer un coup de soufflette/pinceau en bas de la porte avant d'ouvrir parce que le sable s'accumule à cet endroit durant l'utilisation ; il faudra que je pense à ajouter un petit "plan incliné" à cet endroit.
C'est même presque trop étanche, avec la dépression causée par l'aspirateur, les gants se gonflent malgré l'entrée d'air sur la porte. Et si je bouche cette entrée d'air, les gants deviennent tellement gonflés qu'ils sont rigides! Je vais surement ajouter une seconde entrée d'air pour limiter cet effet.
Par contre, comme je m'y attendais, mon petit compresseur 100L/3cv est un peu limite : il tourne beaucoup, il faudra prévoir de faire des pauses pour le soulager... Ou trouver un plus gros compresseur.
La soufflette à l'intérieur : mauvaise idée, le système de connexion rapide de l'air comprimé se grippe avec les microbilles. Donc soit on installe un Y pour avoir la soufflette connectée en permanence, soit on se contente de tirer un peu le tube d'alimentation en sable à l'air libre, pour transformer le pistolet de sablage en grosse soufflette... C'est cette seconde solution que j'ai finalement choisie! icone smiley laugh

Quelques liens dont je me suis inspiré pour faire ma cabine, des bons conseils, des idées, des plans... A lire si vous voulez vous aussi vous lancer dans ce type de réalisation :

A suivre

Bientôt, des essais de dérouillage en remplaçant les microbilles par du corindon (va y avoir du sport!). Je posterai les résultats ici même dans cet article... Et peut-être la création d'un séparateur de poussières cyclonique (façon "Dyson") comme vu ici, ici, ou encore ici.
À suivre...

Edit 30-08-2012 : support pour la cabine :

J'ai réussi à louer le garage juste à coté du mien, du coup j'ai un peu de place, d'où réorganisation : il sera beaucoup plus pratique d'avoir la cabine de sablage à demeure dans le deuxième garage, où je pourrai l'utiliser facilement, sans avoir à la descendre de son rangement (c'était top d'un point de vue optimisation de l'espace, mais pas super pratique quand on a une bricole à microbiller vite fait).
En plus, ça éloignera la cabine du tour à métaux, ce dernier n'aurait pas apprécié la fine poussière abrasive qui s'échappe toujours un petit peu... icone smiley wink

Donc après un peu de réflexion et une séance de Sketchup, décision prise, je fais un support pour ma cabine! Bois de récup' uniquement, j'utilise ce qui traîne dans le garage. Il faut que ce soit solide parce que mine de rien, elle fait son poids la bête...

Les pieds seront en bastaings 62x75mm (restes de la construction de l'établi), le reste en agglo mélaminé de 19mm (récup' de vieilles étagères). Les pieds seront évidés aux angles pour que la cabine vienne s'insérer dessus (cf. plan).

Et... Tadaaaaaaa! icone smiley laugh


C'est tombé juste du premier coup en plus... Pas mécontent. icone smiley wink


Du coup, la cabine est tout juste à la bonne hauteur, plus besoin de monter sur une jante! icone smiley laugh
Et la tablette en dessous me permet de poser un seau pour récupérer le sable/les microbilles...

Prochaine étape, le séparateur cyclonique? icone smiley wink

Edit 10-09-2012 : Test sablage au corindon :

J'ai remplacé les microbilles par du corindon pour faire un test de dérouillage. La pièce utilisée pour le test est un support moteur de l'Albatross, rouillée en profondeur, restes de peinture, une belle m.... icone smiley wink
Le sablage complet de la pièce m'a pris environ 10 minutes (pression 5 bars), le résultat vous l'avez sous les yeux, ça marche nickel! Je vous ai fait une petite vidéo pour voir la vitesse à laquelle on progresse pendant le sablage...

Seul bémol,mon compresseur 100L/3CV est un peu limite (c'est pas une surprise), il a tendance à tourner non-stop : risque de surchauffe. Si je devais faire des séances de sablage plus longues, il faudra prévoir des pauses.
Je me suis aussi aperçu que le corindon glissait beaucoup moins bien que les microbilles vers le fond du bac ; sur la vidéo, à plusieurs reprises je dois pousser le sable à la main vers le fond pour que le tuyau d'alimentation du pistolet soit toujours couvert. C'est pas un problème à l'usage, ça donne même à mon compresseur quelques instants pour respirer. icone smiley wink

Après le sablage, il faut protéger le métal direct, sans quoi les piqûres de rouille réapparaissent en quelques jours (voire quelques heures selon l'humidité!). Dans mon cas, ça a été barbouille directe à l'Hammerite noir satiné (pas forcément un choix délibéré pour cette application, plutôt parce que j'avais un pot qui traînait à l'atelier!).

Il me reste à installer un séparateur cyclonique en sortie, et un siphon en entrée (il y a un peu de poussière qui se fait la malle par l'entrée d'air sur la porte), et ce sera parfait! icone smiley laugh
Posté dans : Atelier
Affiché 141138 fois.
Posté le 18/10/2011 à 14:13

Atelier : Établi

Dernière grosse étape dans la rénovation du garage, la réalisation d'un établi qui tienne la route.

Le cahier des charges était simple : solide pour pouvoir taper dessus et poser des moteurs complets sans que ça bronche, plus haut que la normale parce que je suis grand et que je me casse le dos sur les établis standards, ajusté au mieux pour optimiser la place (ça reste un box en sous-sol, la place est comptée!) et évidemment... pas trop cher. icone smiley laugh
Bref, sur mesure obligatoire, d'autant que le sol n'est pas bien plan, donc tous les pieds ont une longueur différente pour s'adapter aux variations...
J'ai commencé par les deux supports aux extrémités (en bastaing 62x75mm), pour avoir une référence ; les 2 sont alignés de niveau très précisément en utilisant l'arme ultime pour ce genre de situation : un niveau à eau, redoutable icone smiley wink.
Une fois les deux extrémités fixées aux murs de niveau, je pouvais poser une règle de maçon dessus (en fait, deux règles assemblées avec des serre-joints) pour mesurer les longueurs de chacun des pieds intermédiaires. Regardez les photos, c'est plus parlant. icone smiley laugh
Les pieds sont assemblés chevillés-collés. Le collage se fait en fixant le tout contre une planche de mélaminé le temps du séchage : le serrage est assuré par une sangle à cliquet, les serre-joints servent à garder l'ensemble d'équerre et dans le même plan.
Les tiroirs sont simplement des caissons de rangement trouvés chez Castorama (ce modèle). Une fois débarrassés des 2 languettes de bois qui servent à les empiler, ils glissent nickel sur la planche placée en dessous (aggloméré mélaminé 19mm).
Par dessus, un plan de travail de cuisine en 58mm d'épaisseur (le maximum que j'ai pû trouver), et hop!
J'aurais préféré un vrai plan de travail massif fait à partir de madriers assemblés, mais je n'ai ni la place, ni le temps, pour entreprendre ce genre de réalisation. Ce sera pour le jour où j'aurai un vrai atelier! icone smiley wink
J'ai modifié l'éclairage par rapport au plan d'origine : les halogènes fixés au mur du fond éblouissaient plus qu'autre chose... Et risquaient de gêner le rangement d'objets encombrants au dessus (et comme j'ai un projet en tête...).
Les 4 casiers en métal sous l'établi sont de la récup' (on trouve de tout dans les poubelles hein!), et coup de bol ils rentrent tout juste sous les tiroirs. Juste en dessous de l'étau, on devine l'embase du support moteur VW, fixée sur le coté du pied de l'établi.
Bon, bonne chose de faite, je commençais à en avoir assez là. icone smiley laugh
Je sais, il ressemble à un laboratoire mon garage maintenant, on est bien loin de ce que c'était au départ (cliquez pour voir "l'établi" avant : ), mais j'aime bien travailler au propre moi... Chacun ses TOC hein??
J'vais pouvoir commencer à bosser sérieusement maintenant... icone smiley wink
Posté dans : Atelier
Affiché 130465 fois.
Posté le 26/07/2011 à 00:05

Atelier : Garage project, la rénovation

Acte 1 : les murs...

Bon, alors, pour ceux qui n'ont jamais essayé, peindre du parpaing, c'est l'enfer. Surtout avec près de 50 ans de crasse incrustée dedans... icone smiley wink
J'ai peint les murs en utilisant une peinture qui est en fait une sous-couche... Son blanc est bien suffisant pour un garage, et surtout, elle était en promo. icone smiley laugh
C'est donc la peinture acrylique blanche multi-usages Jullien "Multifond 2" que j'utiliserai. Première couche passée au pistolet HVLP avec une dilution à 50% (c'est limite pour la cohésion du produit, mais ça passe). Le pistolet est bien pratique pour la première couche, ça va au fond des aspérités du parpaing, le souffle chasse la poussière (malgré le brossage préliminaire - masque obligatoire!) et décroche les "gravillons" instables à la surface (qui pourrissent un rouleau en mois de 2 minutes si on attaque directement...).
Une seconde couche au rouleau permet de bloquer le fond. Et une troisième couche de finition, très grasse, le rouleau chargé à mort (limite façon enduit!), pour avoir un rendu vraiment blanc uni.
Au final, 2 pots et demi de 10L ont été nécessaires pour une surface peinte de 45m² (murs+plafond), alors que chaque pot était donné pour 96m²... Ça boit le parpaing!
C'est long, très long, de peindre du parpaing... Tenez vous le pour dit si vous devez attaquer un tel chantier, on y passe beaucoup de temps si on veut un beau résultat...

Acte 2 : le sol...

Mon sol était maculé de graisse (voir article précédent), j'ai voulu le nettoyer en utilisant une meuleuse à béton. L'idée est d'enlever 1mm d’épaisseur à la surface de la dalle pour retrouver un support sain... J'ai loué la bécane chez Loxam, cf. photo ci-dessous.
Bon, honnêtement, ce serait à refaire, je ne pense pas choisir cette solution. La poussière générée est hallucinante, genre au bout d'une minute d'utilisation ma visibilité s’arrêtait à mes coudes! Je ne voyais même plus mes mains! Obligé d’attendre que la poussière retombe avant de pouvoir continuer... En plus cette poussière super fine s'insinue partout, ça a maculé l'ensemble du sous-sol de l'immeuble, d'où plaintes des voisins, bref, Armageddon! icone smiley laughicone smiley laughicone smiley laugh
En plus, j'ai découvert que le sol de mon garage n'était pas parfaitement plan, du coup la meuleuse ne pouvait aller dans certains creux... Enfin bref, j'ai quand même pû nettoyer 90% de la surface.

Le traitement ensuite, ça a été :
  1. Lessivage à l'acide ("Shampooing sol ciment/béton V33"), passé à la serpillière.
  2. Rinçage à la serpillière aussi (2 fois).
  3. Une couche de "primaire d'adhérence spécial ciment/béton V33".
  4. Enfin, 2 couches de "peinture sol V33 trafic extrême gris clair U133/A".
Et voila le résultat :

Acte 3 : l'électricité...

Je suis pas électricien mais je m'en suis pas troooooop mal sorti...
4 néons au plafond, 3 halogènes au fond au dessus du futur établi, tout le circuit câblé en 2.5mm² rigide sous gaine IRL (avec une tétrachiée de coudes et "té" pour faire clean), 3 prises, 2 inters, et un vrai tableau électrique pour sécuriser le tout.
Ouf!
Voila où j'en suis maintenant : c'est quand même le jour et la nuit par rapport à avant... Lumineux, propre, avec plein de rangements! Bon, OK, c'est encore un peu fouillis sur ces photos, j'ai pas encore tout organisé! icone smiley wink
Par rapport au plan d'origine (cf. Sketchup article précédent), j'ai déplacé le panneau porte-outils : plus accessible, plus pratique, et plus facile à installer à cet endroit plutôt qu'au dessus de l'établi.
Du coup, justement, prochaine étape : l'établi! icone smiley wink
Posté dans : Atelier
Affiché 100985 fois.
Posté le 14/07/2011 à 01:08

Atelier : Garage Project

Je bricole dans ce garage depuis plus de 15 ans maintenant...
Le sol en béton brut est gras à cause de l'huile et du liquide de frein renversés toutes ces années ; le béton absorbant le gras, c'est innettoyable. Le sol et les murs en parpaings génèrent de la poussière en permanence, le circuit électrique fait peur, les étagères menacent de s'effondrer, l'éclairage insuffisant...
Bref, si je veux pouvoir bosser l'esprit tranquille, il est temps de faire un grand coup de propre ici.
Comme dirait Murtaugh dans l'Arme Fatale : "I'm too old for this shit". icone smiley laugh
Avantages :
  • Surface légèrement supérieure à la moyenne : 17m2
  • De plain-pied : pas de rampe pour accéder, c'est au même niveau que la rue. Pratique pour le KG droppé, ou la remorque de l'Albatross.
  • Puit de lumière au fond : le box se situe sous le parking de l'immeuble, et des grandes vitres au fond apportent un peu de lumière naturelle, ainsi qu'un espace supplémentaire de rangement.
  • Alimentation en électricité.
  • A 5 minutes à pied de chez moi.
Inconvénients :
  • Sous-sol d'immeuble : limitation pour le bruit et les rejets (vapeurs de peinture, Kärcher : impossible).
  • Le goudron du parking se trouvant juste au dessus de la dalle du plafond, en plein été le garage devient un four...
  • Voisinage : les p'tits vieux du coin ont formé une espèce de milice pour surveiller les allées et venues dans le sous-sol ; du coup, dès que je fais un peu de bruit ou de poussière, je me fais emmerder... Les joies de la copro. icone smiley sad
  • Pas d'arrivée/évacuation d'eau.
  • Murs inter-boxs en parpaing 5cm, difficile d'y accrocher des étagères vraiment solides.

Le tableau n'est pas tout rose, mais bon, dans l'immédiat je n'ai pas de meilleure solution. icone smiley laugh

Le projet : Solutions / optimisation de l'espace:

Comme d'habitude, Sketchup est mon meilleur ami. icone smiley laugh
Au programme :
  • Peinture blanche murs et plafond, pour gagner en luminosité et limiter la poussière.
  • Peinture grise au sol pour la propreté... Ca va être coton de peindre sur ce support!
  • Une longue étagère de chaque coté, quasiment sur toute la longueur du garage, 30cm de large, en multipliant les équerres pour répartir la charge. L'étagère étant à plus d'1m85 de haut, je passe dessous sans avoir à baisser la tête.
  • Etagère 5 tablettes à l'entrée, pour optimiser ce recoin. C'est du Castorama (voir ici), 5 étagères de 90x40, hauteur totale 180cm, fait pour des charges lourdes (jusqu'à 80kg/tablette... J'me méfie quand même!!).
  • Établi fait maison, pieds en bastaing pin de 60x73mm. Le sol n'étant pas du tout plan, je pourrai récupérer les variations avec la hauteur de chaque pied. Plan de travail de cuisine (mélaminé) le plus épais possible, avec 4 "tiroirs" en dessous (en fait, des caisses en bois 40x60x15cm de chez Casto aussi, voir ici).
  • Le compresseur se cache sous l'établi, dans l'alignement du tour. Pas idéal pour sa ventilation, mais je pourrai toujours le sortir facilement s'il doit tourner en continu. Enrouleur de tuyau pneumatique et prise électrique juste au dessus, enfin de l'air comprimé sans avoir à chercher tuyau et rallonge...
  • Électricité aux normes, avec tableau électrique, circuit sous gaine, 2 prises coté établi, une coté entrée.
  • 4 néons 1m20 au plafond pour un bon éclairage, plus 3 halogènes 150w au dessus de l'établi au fond.


Bon, ben voila le projet... Y'a plus qu'à hein... icone smiley wink
Posté dans : Atelier
Affiché 86959 fois.
Posté le 30/03/2011 à 13:28

Tour à métaux Crouzet-Valence VM125

Pour démarrer le dossier "atelier", voila quelques photos du petit dernier... icone smiley laugh

Je cherchais depuis longtemps un tour à métaux, mais d'une part ce sont des machines très recherchées (les prix s'envolent), et d'autre part si l'offre est généreuse dans le nord du pays (passé industriel oblige), c'est loin d'être le cas ici, dans le Sud-Est. Et comme on parle de machines qui pèsent lourd, la distance est un paramètre important.

Après des mois de surveillance des petites annonces, je finis par trouver mon bonheur sur eBay : un tour Crouzet-Valence VM125, du milieu des années 50!

Et vous voulez savoir le meilleur? Le vendeur se trouvait à 10 minutes de chez moi, et il me l'a gentiment livré (merci encore Fabien) avec sa remorque tractée par sa Jeep 1944 (!)... Le tout pour 200€! icone smiley laugh
Hauteur de pointe 125mm (donc diamètre sur banc 250mm) : ça limite un peu son spectre d'utilisation, adieu tambours et volants moteurs. Entre pointes 400mm, pas assez pour un arbre d'hélice, mais largement suffisant pour mes besoins. Possibilité de fileter et charioter grâce à un entrainement par vis-mère (d'où le nom "VM") et une boite Norton ; avec même un système d'arrêt automatique, bien pratique pour les filetages qui doivent s’arrêter net. À voir à l'usage.
Un beau bébé qui approche quand même les 400kg sur la balance (merci les potes pour décharger), mais avec un encombrement limité à 120x50cm au sol : le petit tour dont je rêvais depuis des années!
Aaaaaaaaah, si je l'avais eu pour fabriquer mon sous marin...icone smiley wink
Donc voilà la bête. Beaucoup de nettoyage à prévoir, pour le moment que des bonnes surprises sous les couches de graisse, il est en globalement très bon état (les rails du banc ont souffert de la corrosion, mais rien d'irrémédiable).
Je n'ai pas encore tenté de le faire tourner, il me faut un variateur 380V pour ça... A suivre bientôt!
Posté dans : Atelier
Affiché 100726 fois.
© Sham 1996-2017